Café Gratitudes

Un temps pour mettre dans la lumière ce qui va bien, ce qui est fluide et beau ?
Développer notre capacité à célébrer en pleine conscience, même pour ce qui est plus difficile à vivre ?

 

Je vous propose de nous retrouver une fois par mois pour nourrir l'énergie de la gratitude. En toute simplicité, autour d'un café ou d'un thé, bienvenue pour explorer quelques pistes pour se connecter en toute conscience à l'abondance de la vie.

 

Les boissons sont à disposition, merci à chacun et chacune d'apporter quelque chose à manger à partager. Une participation libre à l'animation est possible !

 

Inspirations : Communication NonViolente, Rhonda Byrne, Pleine Conscience, la loi d'attraction et autres élans du moment !

 

Rendez-vous à Neuchâtel, rue Matile.

Au printemps et en été, à l'aube : début à 6h15, fin vers 7h30.


En automne et en hiver, quand les jours sont plus courts : début à 13h45, fin vers 15h15.

 

Dates 2016 :

ATTENTION, modifiées par rapport au flyer !

Vendredi 13 mai de 6h15 à 7h30

Vendredi 3 juin de 6h15 à 7h30

Vendredi 15 juillet de 6h15 à 7h30

Vendredi 25 novembre de 13h45 à 15h15

 

Merci de vous annoncer au plus tard le mercredi soir précédent chaque rendez-vous :-) 


En cas d'annulation, celle-ci est annoncée sur cette page (www.unmonde.ch/cafegratitudes) le jeudi en fin de journée.

 

 


Petit texte sur la gratitude en Communication NonViolente, tiré d'un stage avec Anne Bourrit et Laurence Bruschweiler

"La CNV nous invite à transformer notre regard sur nous-mêmes et le monde et, ce faisant, à changer notre monde intérieur et extérieur... Or l’expérience nous montre que, pour actualiser cette nouvelle attitude intérieure, un des leviers les plus puissants est l’art de la gratitude.

Marshall Rosenberg l’a lui-même appris lors d’un stage qu’il avait donné, dans les années soixante, à un groupe de femmes travaillant avec un public de femmes ayant subi diverses formes de violence. Ce sont elles qui lui ont fait prendre conscience de l’importance de prendre le temps de fêter ce qui a bien fonctionné, de dire et de partager sa reconnaissance. Même si Marshall Rosenberg a commencé par voir cela comme une perte de temps, ce jour-là (selon ses dires), il a vite changé d’opinion. Les années passant, au contraire, il n’a eu de cesse de nous encourager à pratiquer l’art de la gratitude et même, à noter concrètement dans un cahier tout ce qui, au jour le jour, éveille en nous la reconnaissance.

 

Plus d’une personne a été intriguée, tôt le matin ou pendant les pauses, en le voyant griffonner dans un petit calepin. On pouvait y apercevoir des dessins, des petits mots, des fleurs séchées... C’était là qu’il énumérait les occasions où qui que ce soit avait rendu sa vie plus belle, où lui-même avait contribué à l’enrichissement de la vie de quelqu’un et où la vie elle-même lui avait fait de beaux cadeaux. Il en avait fait une discipline et nous a démontré maintes fois toute la force qu’il en retirait.

 

Chacun/e d’entre nous a expérimenté à quel point savoir donner de la gratitude et savoir la recevoir apporte une énergie profonde, joyeuse, et nous relie tout simple- ment à la « vVie » – avec un petit ‘v’ ou un grand ‘V’.

 

Car dire merci comporte plusieurs aspects : se réjouir de ce qui s’est passé de bon, mais aussi se relier à ce que nous aimerions qu’il se passe de bon ; c’est alors que la gratitude s’apparente à une forme de demande, de méditation ou de prière.

 

On peut également découvrir la beauté issue des événements douloureux de notre vie, dans ce que ceux-ci nous ont permis de développer et d’apprendre ; on peut également remercier les personnes avec lesquelles nous avons vécu des conflits, en nous réjouissant des enrichissements et transformations qui en ont résulté pour nous après coup..."